Connect with us

Bien être

Que faire contre les démangeaisons des piqûres de moustiques ?

Quand le moustique pique, il enfonce sa trompe et injecte sa salive, avant d’aspirer quelques gouttes de sang. La salive améliore son “repas” en évitant la coagulation du sang et en provoquant une dilatation des vaisseaux pour augmenter l’apport sanguin. L’inflammation qui apparaît est le résultat d’une réaction allergique à cette salive. C’est elle qui provoque les démangeaisons.

1-DE L’EAU (FROIDE) ET DU SAVON

Comment soulager ces démangeaisons ? Le simple fait de laver la peau à l’eau et au savon peut déjà apporter un petit soulagement.

2-DU BICARBONATE DE SOUDE

Le bicarbonate de soude dilué et imbibé sur un coton, appliqué sur la zone enflammée offre aussi un peu de répit.

3-DES PLANTES

Certains recommandent aussi l’application de diverses plantes qui auraient un effet calmant – feuilles de pissenlit, de menthe, rondelles d’oignon.

4-DES CRÈMES ANTIHISTAMINIQUES

Le traitement le plus efficace reste les crèmes d’antihistaminiques à appliquer sur la piqûre. Les antihistaminiques agissent en bloquant les effets de l’histamine (libérée lors de la réaction allergique). Ils soulagent les démangeaisons et sont disponibles en pharmacie sans ordonnance. Les crèmes à base de corticoïdes sont très efficaces aussi. Mais une ordonnance est nécessaire pour les obtenir.

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bien être

Miel ou sucre : lequel est meilleur pour ma santé ?

Quand on met une cuillère de miel dans son thé à la place d’un carré de sucre, on a l’impression d’avoir fait quelque chose de sain. Mais est-ce bien vrai? Le miel est-il vraiment meilleur pour la santé que le sucre? À l’occasion des journées nationales de l’abeille, les “Apidays”, organisées par l’Union Nationale de l’Apiculture Française du 18 au 20 juin. Pourquoi c’est important ? Le sucre cause un pic de glycémie qui nous met dans un état d’hypervigilance, mais celui-ci retombe très rapidement. C’est le contraire des sucres lents qui sont efficaces sur une longue durée. Le miel est ainsi un sucre plus lent que le sucre de table et plus facile à gérer pour le corps.

Le miel contient, en plus du glucose et du fructose, de nombreux nutriments dont les vertus sont vantées depuis des centaines d’années. La science s’est plus récemment intéressée à celles-ci et a pu en effet prouver que certains composants du miel sont bénéfiques pour la santé. “Le miel a par ailleurs des propriétés antioxydantes”, souligne Anthony Berthou. Une étude publiée en 2002 dans le Journal of Agricultural & Food Chemistry montrait par exemple que les antioxydants présents dans le miel permettraient de ralentir le processus d’oxydation du mauvais cholestérol et ainsi de protéger le cœur. Ce que certaines études ont reconfirmé par la suite, ajoutant à son palmarès des propriétés anti-hypertension, anti-inflammatoires… Et on peut continuer longtemps comme ça.

Au niveau des calories, c’est sensiblement pareil. “On est à peu près sur la même valeur calorique”, souligne Anthony Berthou. “Mais l’indice glycémique est plus faible avec un miel et c’est un élément essentiel à prendre en compte”, ajoute-t-il. L’indice glycémique permet de connaître le pouvoir d’un aliment à faire monter le taux de glycémie dans le sang. “Plus un miel est riche en fructose, moins son indice glycémique sera élevé”, précise le nutritionniste.

La composition du miel dépend des fleurs visitées par les butineuses. Glucose et fructose, les principaux sucres simples, sont présents à peu près dans les mêmes proportions dans le miel, avec une toute petite quantité de saccharose. Selon l’origine du nectar, sa teneur en glucose et fructose diffère.

Contrairement aux sucres composés (sucre de betterave, de canne) qui contiennent du saccharose, le miel ne contient pas de saccharose. Le miel est composé majoritairement de sucres simples (glucose et fructose qui sont assimilés directement par l’organisme, sans digestion. Le fructose est naturellement contenu dans les fruits, certains légumes et le miel. Le miel est ainsi considéré comme un « sucre lent », le miel est un sucre non raffiné.

Le pouvoir sucrant du miel est 30 % plus élevé que le sucre blanc, ainsi 65 g de miel équivalent à 100 g de sucre. L’apport calorique du miel est de 300 calories pour 100 G donc bien inférieur à celui du sucre blanc qui est de 400 calories. L’avantage du miel par rapport au sucre blanc est donc son pouvoir sucrant très intéressant en évitant la consommation de saccharose.

Continue Reading
Advertisement

NOS ÉMISSIONS

Advertisement

MUSIC

TOP NEWS

TOP NEWS